Roisin2018-07-25T16:06:25+00:00

Roisin

Au mois d’août 1899, Emile Verhaeren se rend au village d’Angreau par le tortillard à vapeur et poursuit à pied vers Roisin, où l’attend l’épouse de son ami Georges Rodenbach, décédé l’année précédente. Jusqu’en 1914, Emile et Marthe Verhaeren reviendront en villégiature sur les rives de la Honnelle, qui inspireront au poète des vers nombreux. A cette époque, Verhaeren est déjà un écrivain et un intellectuel reconnu.

Depuis 1881, dans une Belgique en pleine effervescence culturelle, il est chargé de la chronique des expositions à L’Art moderne. Verhaeren devient ainsi l’ambassadeur de l’Art de son temps et le promoteur d’artistes tels que Paul Signac, Théo Van Rysselberghe, Constantin Meunier, James Ensor, présents dans le Fonds Verhaeren de la Fédération du Tourisme du Hainaut.

Par ailleurs, entre 1895 et 1898, l’édition d’une trilogie sociale (Les Campagnes Hallucinées – Les Villages illusoires – Les Villes tentaculaires) ont inscrit le poète dans les grandes réflexions sociales de l’époque.

Roisin

Au mois d’août 1899, Emile Verhaeren se rend au village d’Angreau par le tortillard à vapeur et poursuit à pied vers Roisin, où l’attend l’épouse de son ami Georges Rodenbach, décédé l’année précédente. Jusqu’en 1914, Emile et Marthe Verhaeren reviendront en villégiature sur les rives de la Honnelle, qui inspireront au poète des vers nombreux. A cette époque, Verhaeren est déjà un écrivain et un intellectuel reconnu.

Depuis 1881, dans une Belgique en pleine effervescence culturelle, il est chargé de la chronique des expositions à L’Art moderne. Verhaeren devient ainsi l’ambassadeur de l’Art de son temps et le promoteur d’artistes tels que Paul Signac, Théo Van Rysselberghe, Constantin Meunier, James Ensor, présents dans le Fonds Verhaeren de la Fédération du Tourisme du Hainaut.

Par ailleurs, entre 1895 et 1898, l’édition d’une trilogie sociale (Les Campagnes Hallucinées – Les Villages illusoires – Les Villes tentaculaires) ont inscrit le poète dans les grandes réflexions sociales de l’époque.

L’œuvre de Verhaeren connaît alors un tel rayonnement international que la visite au Caillou-qui-bique de Roisin devient obligatoire; on s’y presse pour écouter un grand maître à penser. L’écrivain Camille Lemonnier, l’homme politique Jules Destrée, l’écrivain français André Mabille de Poncheville, les peintres Ruffin et Montald, l’écrivain autrichien Stefan Zweig (qui traduit ses poèmes en allemand) sont autant de personnalités venues rencontrer le poète dans cette retraite bucolique devenue, pour un temps, improbable centre névralgique de la culture européenne.

Le 27 novembre 1916, Emile Verhaeren meurt en gare de Rouen, poussé par la foule sous les roues d’un train en partance. Le 6 novembre 1918, quatre jours avant l’armistice, les obus tombent sur la maison de Roisin. Elle est reconstruite à l’identique dès 1929 et devient un lieu de pèlerinage pour ceux qui tentent de retrouver un peu de l’âme du poète sur les rives de la Honnelle.

Durant des années, les œuvres du Fonds sont exposées au sein de l’espace muséal dédié, à Roisin, à Emile Verhaeren. Cependant, les questions de sécurité et, surtout, de conservation devenant brûlantes, quelques toiles sont remplacées par des fac simile de qualité, les objets, tableaux et manuscrits précieux rejoignant la réserve de la Fédération du Tourisme et nourrissant, via une politique de prêt raisonnée, de nombreux projets internationaux.

Cependant, cet endroit où vécut et écrivit Verhaeren reste accessible au public, au cœur du Parc naturel des Hauts Pays, grâce au dynamisme de l’ASBL « Mémoire de Verharen à Roisin » et grâce au soutien de la Province de Hainaut.

Tous les deuxièmes samedis du mois d’octobre s’y tient la traditionnelle Rencontre des Ecrivains du Hainaut.

Aux alentours de l’Espace muséal, une très belle promenade bucolique est possible au gré des pierres du circuit des pierres « Verhaeren », propriété de la Province de Hainaut.

L’Espace muséal Verhaeren de la Province de Hainaut est géré par l’ASBL « Mémoire de Verhaeren à Roisin », soutenue par le Secteur Littérature de la Province de Hainaut

Ouvert sur demande préalable auprès de legrandrene@skynet.be
Le site internet de la Maison Losseau utilise des cookies pour améliorer votre expérience de navigation. En navigant sur ce site vous acceptez l'utilisation de cookies. Voir nos conditions d'utilisation. Ok